Cinéma: Bloodshot, pas si mauvais qu'annoncé ?



On y est enfin, le film Bloodshot ouvrant la voie à la création du Valiant Universe est là ! Bon on ne va pas se mentir, on ne le voyait pas sortir en VOD si tôt.

Avant de commencer la review de ce film je pense qu’il peut être intéressant de rappeler le contexte de sa création puisque vu le nombre de péripéties, le simple fait qu’il voit le jour est un petit exploit.


En 2012 Dinesh Shamdasani, Warren Simons et Hunter Gorinson achètent les droits des personnages Valiant comics aux enchères dans le but de relancer la maison d’édition sous le nom « Valiant Entertainement » avec un succès certain puisque c’est sous leur direction que nous avons eu droit à « Harbinger, Archer & Armstrong, X-O Manowar, Bloodshot Reborn, Rai … » beaucoup de titres largement récompensés et considérés par beaucoup comme des incontournables. Comme on pouvait s’en douter un tel succès ne pouvait qu’attirer des studios de cinéma surtout qu'à ce

moment là tout le monde cherche à créer son propre univers partagé pour faire comme Marvel.

En 2014 DMG Entertainment (Société chinoise) acquiert une première partie des part de vaillant Entertainment permettant ainsi de lancer des projets cinématographiques. Rapidement Sony se montre très intéressé. Le projet est très ambitieux avec la création en simultané de plusieurs films et une première salve de sorties pour fin 2017 / début 2018. Malheureusement le piratage massif de leur données chamboule tout et un silence absolu s’installe quand aux adaptations Valiant. En coulisses il est d’abord question de débuter avec un film Harbinger mais le choix de Bloodshot remporte finalement les suffrages.

La temps passe et il est clair que les films n’arriveront pas avant fin 2018, une web série (Ninjak vs the Valiant universe) est alors commandée à Bat in the sun histoire de faire patienter tout le monde, mais la patience de DMG a des limite et la société rachète la totalité des parts de Valiant dans le but d’accélérer un peu tout ça. En parallèle Dinesh Shamdasani qui pilotait les projets est accusé de ne pas avoir su les gérer et est viré sur le champ ( ce qui ne l’empêchera pas de rejoindre le projet Bloodshot par la suite ).

En coulisses de nombreuses dissensions font perdre du temps au projet provoquant le décalage de la sortie pour 2019 puis 2020. Comme si cela ne suffisait pas le film est sorti dans les salles américaines au moment ou le virus COVID-19 a explosé forçant la fermeture des salles. Chez nous la sortie se déroulant plus tard il a pu être repoussé avant le fermeture officielle des cinémas. Mais avec le risque majeur de piratage, Sony a décidé de le proposer directement en VOD à l’international.


Résumé :

Ray Garrison est un soldat tué en mission, et ramené à la vie par « Rising Spirit Technologies », l'entreprise qui l’a transformé en super-humain. Des nanotechnologies coulent désormais dans ses veines, ce qui le rend beaucoup plus fort et quasi invulnérable. Mais RST ne contrôle pas que son corps… Ils manipulent également son esprit et ses souvenirs dans le but de lui faire faire le sale boulot. Ray ne peut distinguer ce qui est réel de ce qui ne l’est pas – mais sa mission est désormais de le découvrir.


Critique:

Je ne suis pas habitué à l’exercice de la critique cinématographique mais je vais quand même tenter.


Pour commencer parlons un peu du scénario officiellement créé par Eric Heisserer bien qu’il semblerait être parti en cours de route. En tant que lecteur des comics, en lisant le résumé du film on est clairement dans l’univers Bloodshot puisque les grandes lignes font clairement penser à la série de 2012 où sa quête principale est de découvrir qui a participé à sa transformation et pourquoi. Mais les grandes lignes sont là et le film s’inspire plus ou moins de différents points présents dans la première série Bloodshot de 1992 et de la seconde de 2012. Bien sûr les scènes en question ne sont pas reprises à l’identique mais les lecteurs les plus avertis devraient retrouver les scènes d’origine sans trop de soucis. D’ailleurs dès le début vous pourrez trouver une Ford Mustang faisant un clin d’oeil à celle visible sur le couverture de Harbinger #1 de Janvier 1992.

C’est au niveau des différents personnages que le studio a pris le plus de liberté puisque mis à par Bloodshot et sa femme aucun d’entre eux ne sont tirés des comics probablement par souci de liberté artistique et pour que les fans hard core (Aux US ils ne font pas de cadeaux) ne leur tombent pas dessus et je pense que l’idée est plutôt bonne même si j’aurais aimé voir le Dr Kuretich, Simon Oreck ou même Morris Kozol qui, selon moi, aurait fait un bien meilleur Big bad que celui choisi, mais nous y reviendront plus tard. KT, Tibbs, Jimmy Dalton, Wilfried Wigans, Eric et Emile Harting ont été inventés pour l’occasion et joués par des acteurs qui font dans l'ensemble plutôt bien le job.


Le film commence sur les chapeaux de roue avec une scène (Visible dans le trailer) dans laquelle Vin Diesel est en pleine mission et entre dans un bâtiment à coup de grenades et de tirs nourris. Pas de surprise le mec dézingue une bonne poignée de gars à lui seul avant de retourner sur sa base prêt à retrouver sa femme pour une soirée de romance qui ne se passera pas tout à fait comme prévu. Voilà en gros l’introduction du film qui précède le titre. Avec ça on est directement dans l’ambiance et le film garde globalement le même rythme tout au long des 1h49.

Dès la sortie du premier trailer le film a été victime d’un bashing en règle annonçant une catastrophe cinématographique, une incroyable merde et j’en passe mais honnêtement j’ai rapidement été plutôt surpris par la qualité globale qui n’en fait certes pas le film de l’année mais fait qu’au final on passe un bon moment devant son écran. Comme je le disais précédemment les acteurs jouent plutôt bien le rôles et sont menés par un Vin Diesel qui semble vraiment y croire. Si beaucoup de gens s'attendaient à voir Dominic Toretto plutôt que Ray Garrison en fait il n'en est rien.


Du point de vue de la réalisation j’ai trouvé que le film fourmillait de très bonnes idées de cadrages ou d’effets, malheureusement certaines séquences s’enchaînent difficilement et auraient mérité d’une scène intermédiaire pour faire le lien. Ça donne parfois l’impression que le film s’est fait littéralement charcuté au montage.

D’ailleurs la scène de combat dans le tunnel avec les effets de lumière bleu et rouge m’ont simplement bluffé. On y voit un véritable monstre de puissance avec une véritable intelligence du combat et une bonne dose d’astuce. C’est bourrin mais les combats sont selon moi parfaitement chorégraphiés et agrémentés d’intéressants effets de ralenti.

Pour rester dans l’aspect visuel, j’ai trouvé les différents gros plans sur les nanites et les phases de reconstruction particulièrement réussies contrairement aux scènes de combat dans les cages d’ascenseur (visible également dans les trailers ) qui présentent des effets spéciaux très perfectibles qui trahissent le faible budget du film. Cependant ça reste mieux fait que le scène de course poursuite en scooter dans Deadpool 2 qui est une vraie bouillie d'effets spéciaux.


En fait ce film souffre de quelques soucis comme le manque de charisme du grand méchant Emile Harting joué par Guy Pearce qui déjà dans Iron Man 3 n’avait pas convaincu. De plus le film manque cruellement d’enjeux car outre la quête de vérité de Ray Garrison nous n’avons pas droit à grand chose et c’est bien dommage. Par contre, contrairement à ce que certains peuvent dire, on voit bien Bloodshot (Blanc et rouge) dans le film, certes un peu tard mais il est bien là.


Conclusion :

Bloodshot est donc un film avec de jolies qualités, quelques défauts et imperfections mais reste bien loin de la catastrophe que certaines personnes décrivent. La production a connu de nombreux rebondissements jusqu’aux évènements récents conséquences directes du Coronavirus mais son faible budget ( environ 45 millions de dollars ) et les 10 millions amassé pendant les quelques jours au cinéma laissent une petite chance au film de se rentabiliser via la VOD.

En tout cas il est à noter que le film semble être parmi les plus regardés aux Etats Unis :


Espérons que les circonstances exceptionnelles de la sortie du film poussent Sony a laisser une seconde chance à l’univers Valiant tout prenant en compte les diverses critiques. Croisons les doigts. En attendant je vous invite à tenter l’aventure. Et n’oubliez pas la multitude d’histoires à dévorer chez Bliss Edition dont vous pourrez retrouver toutes les critiques sur L'antre des psiotiques.

Thomas.



170 vues

Réseaux

Twitter

Instagram

Facebook

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now