Britannia tome 3

Mis à jour : sept. 11



  • Résumé :

Toutes les plus grandes armées de l’histoire on eu un symbole leur procurant force et honneur. Les légions romaines vénéraient l’aigle d’or toujours porté fièrement en début de convois par un valeureux soldat et qui gonflait le moral des troupes. Les ennemis tremblaient devant cet aigle symbolisant la puissance romaine, mais lors d’une sanglante bataille en Germanie, trois aigles sont volés. C’est le pire des scénarios pour l’empire, puisque cela le rend faible aux yeux du peuple et Néron va en faire les frais puisque sitôt la nouvelle répandue, les romains se révoltent. Antonius Axia, le déceleur de Rome est aussitôt envoyé en Germanie par l’empereur afin de rechercher les aigles et les rapporter au plus vite. Mais l’instinct du déceleur est particulièrement puissant et lui dicte une autre destination, sera-t-elle la bonne ?

  • Critique :

Partir au combat sans savoir si on en reviendra est particulièrement éprouvant, c’est pourquoi depuis toujours un symbol fort représentant la patrie des soldats fut porté en avant des troupes afin de leur rappeler la puissance de leur pays ou peuple et ainsi donner un sentiment d’invincibilité aux soldats qui combattent alors sans ménagement. Malheureusement lorsque ce symbole est capturé par l’ennemi, cela peut mettre en déroute une armée et faire perdre confiance à tout un état. C’est sur ce scénario que Peter Milligan s’appuie pour créer ce troisième tome de Britannia. Ses aigles volés et c’est tout l’empire romain qui tremble.

On retrouve Antonius Axia le déceleur de Rome en pleine enquête sur une affaire de faussaires faisant circuler de fausses pièces présentant un Néron légèrement modifié. Rapidement, l’empereur affecte son enquêteur à la recherche des trois aigles et lui offre l’aide d’Achillia l’ancienne gladiatrice rencontrée dans le tome deux (que je trouve très prometteuse pour des aventures solo d’ailleurs.). Une fois l’enquête débutée Antonius se rend compte que quelque chose cloche et va à l’encontre des ordres le poussant à se rendre en Germanie.

Une fois de plus je suis très content de retrouver ces enquêtes antiques au charme tout particulier que nous proposent Valiant et Peter Milligan. Le premier volume ne m’avais pas spécialement emballé à cause de son traitement horrifique mettant légèrement l’aspect enquête en arrière plan. Dans ce tome 3 on nous parle de symboles et de croyances divines. Le duo formé par Achillia et Antonius fonctionne toujours très bien, le scénario est très bien développé et l’intrigue tient facilement jusqu’au bout du titre. Je n’ai remarqué aucun relâchement dans l’intensité du titre, bien au contraire, celle ci grimpe au fur et à mesure de l’arrivée de nouveaux protagonistes. Si je devais citer un défaut, ce serait son manque de longueur mais franchement ça serait chipoter.


Côté graphique c’est Robert Gill qui prends la barre et nous propose de très belles planches bien moins détaillées que celles de Juan José Ryp mais restant tout de même dans la continuité.

  • Conclusion :

J’ai passé un très bon moment avec ce Britannia tome 3, les intrigues sont bonnes, le rythme est soutenu et les personnages toujours aussi intéressants. Je recommande chaudement. J'espère qu'un nouveau tome est dans les tuyaux !


Thomas.





*Lien affilié (voir rubrique "Soutenir le blog")



 Pour des raisons techniques, la version mobile ne propose pas l'ensemble du contenu. 

© 2020 par Indées les bulles

Créé avec Wix.com

  • Icône Facebook blanc
  • Icône Twitter blanc
  • Icône Instagram blanc
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now